Bienvenue aux Nations Unies

Décolonisation

Cérémonie à Samoa. Photo ONU/Evan Schneider

Lorsque fut créée l'Organisation des Nations Unies en 1945, 750 millions de personnes, soit près d'un tiers de la population mondiale, vivaient dans des territoires non autonomes, dépendants des puissances coloniales.

Depuis lors, plus de 80 anciennes colonies ont accédé à l’indépendance. Ce chiffre comprend 11 territoires sous tutelle qui ont acquis leur autonomie par l'indépendance ou la libre association avec un État indépendant. Les anciens territoires non autonomes ont cessé de figurer sur la liste des territoires non autonomes en raison d'un changement de statut ou du choix d'indépendance, de libre association ou d'intégration avec un État indépendant. Il reste encore aujourd'hui 17 territoires non autonomes, au sein desquels vivent moins de deux millions de personnes.

Le Département des affaires politiques et de la consolidation de la paix (DPPA) conseille le Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux (connu sous le nom de « Comité spécial de la décolonisation de l’ONU » ou « C-24 »), dont le rôle est de suivre la mise en oeuvre de la Déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux (résolution de l'Assemblée générale 1514 (XV)) et de formuler des recommandations à l’Assemblée générale sur son application.

Le Groupe de la décolonisation du DPPA exerce notamment les fonctions suivantes :

  • Suivre l’évolution de la situation politique, économique et sociale dans chacun des 17 territoires non autonomes figurant encore sur la liste de l’ONU et établir des rapports sur chacun d’entre eux;
  • Fournir des conseils de fond au C-24 et à la Commission des questions politiques spéciales et de la décolonisation (Quatrième Commission) de l'Assemblée générale, organes devant lesquels des représentants et des pétitionnaires venus des territoires viennent prendre la parole pour exprimer les préoccupations et les aspirations de leur population;
  • Fournir des conseils politiques au C-24 lors des visites qu’il rend dans les territoires envisageant de mettre fin à leur statut colonial, ainsi qu’aux organisateurs des séminaires régionaux tenus alternativement dans le Pacifique et les Caraïbes pour donner à des représentants des territoires et aux membres du C-24 l’occasion de se rencontrer;
  • Collaborer avec le Département de la communication globale pour élaborer des matériels d’information pour les territoires en question, en expliquant les options dont ils disposent pour progresser sur la voie d’une pleine autonomie en s’appuyant sur la Charte des Nations Unies;
  • Tenir à jour le site Web sur « Les Nations Unies et la décolonisation », en coordination avec le Département de la communication globale.